Pour atteindre l’objectif de développement durable pour l’éducation, il faudra tirer profit de programmes novateurs pour un autre mode d’enseignement

Par: Sangay Jamtsho Posted: 29 juillet 2021
Dans ce blogue, Sangay Jamtsho, administrateur de programme principal pour le KIX, aborde la question des enfants non scolarisés et les efforts visant à faciliter leur droit à l’éducation. Ce blogue présente également les nouveaux projets pour les enfants non scolarisés financés par l’intermédiaire de KIX.   
Nepal
Source: ILO/Pradip Shakya

L’éducation représente les espoirs et les rêves des enfants et des jeunes du monde entier de réaliser pleinement leur potentiel et de contribuer à des sociétés saines et durables. Le manque d’éducation limite considérablement leurs possibilités économiques, sociales et politiques à l’âge adulte. D’où la cible 4.1 de l’ODD, qui consiste à « faire en sorte que toutes les filles et tous les garçons achèvent un enseignement primaire et secondaire gratuit, équitable et de qualité, débouchant sur des résultats d’apprentissage pertinents et efficaces » d’ici 2030. Cependant, le nombre d’enfants non scolarisés représente un défi énorme sur la voie de cet objectif. Si la tendance actuelle se poursuit, nous ne sommes pas en mesure de respecter cet engagement et un enfant sur six âgé de 6 à 17 ans restera exclu.

Selon une fiche d’information de l’Institut de statistique de l’UNESCO publiée juste avant la pandémie de COVID-19, plus de 258 millions d’enfants et de jeunes ne sont pas scolarisés. Plus d’un tiers des enfants non scolarisés (98 millions) vivent en Afrique subsaharienne, et environ 30 millions devraient être en Asie du Sud. En outre, la pandémie de COVID-19 a entraîné des fermetures d’écoles qui ont touché plus de 168 millions d’enfants dans le monde. Malgré le recours à des options d’enseignement et d’apprentissage à distance, les infrastructures limitées dans le domaine des TIC et le faible niveau d’accès ont laissé des millions d’enfants pauvres et en milieu rural de côté.

Une multitude de facteurs qui se recoupent tels que la pauvreté, le travail des enfants, la discrimination, le mariage des enfants, le handicap, les barrières linguistiques, les normes sociales, l’insuffisance des infrastructures et du personnel scolaires, les catastrophes naturelles et les conflits armés limitent la participation des enfants à l’éducation. La pandémie a exacerbé ces difficultés et pris les systèmes éducatifs au dépourvu, ce qui a eu de graves conséquences pour l’éducation des enfants.

Depuis sa création en 2010, The Global OOSC Initiative a aidé les pays à étudier et à analyser les enfants non scolarisés, y compris ceux qui risquent de décrocher, afin de déterminer, de promouvoir et de mettre en œuvre des politiques judicieuses pour lutter contre l’exclusion. Plusieurs interventions innovantes et prometteuses ont été mises à l’essai, bien que leur portée et leur échelle soient limitées pour inclure toutes les catégories d’enfants non scolarisés. Par exemple, l’examen des données probantes relatives à l’éducation accélérée en Afrique met en évidence les programmes d’éducation accélérée comme l’une des innovations clés pour les enfants non scolarisés. Ils sont flexibles, adaptés à l’âge des participants et se déroulent dans un délai accéléré qui répond aux besoins de ceux qui ont manqué l’école ou ont vu leur éducation interrompue par la pauvreté, la marginalisation, les conflits ou les crises.

Les campagnes éducatives d’information et de sensibilisation sont jugées utiles, en particulier dans les contextes où l’importance et les avantages à long terme de l’éducation sont moins bien compris par les parents et les communautés. Ils peuvent être utilisés pour se concentrer sur la mobilisation des parties prenantes au niveau communautaire et intersectoriel, et pour s’attaquer aux pratiques et normes socioculturelles qui empêchent les enfants d’aller à l’école. La campagne #ContinuitePedagogique de la Coalition mondiale pour l’éducation, qui vise à assurer la continuité de l’apprentissage des filles, offre quelques ressources utiles pour la mobilisation des parties prenantes.

Pour les enfants qui risquent de décrocher, des programmes parascolaires ciblés, l’apprentissage par les pairs, le travail avec les parents pour améliorer leur participation à l’éducation des enfants, et la création d’un climat scolaire positif pour lutter contre l’exclusion sociale et les pratiques discriminatoires sont quelques stratégies possibles. Les relations de mentorat et l’apprentissage socio-émotionnel visant à protéger ou à promouvoir les compétences en matière de bien-être psychosocial contribuent à des résultats positifs en matière de réintégration (vous trouverez une discussion détaillée sur ce sujet ici).

Bien que plusieurs innovations et interventions soient en cours, elles ont tendance à être plus périphériques que générales, ne bénéficiant qu’à de petites poches de population. Elles sont prometteuses, mais nécessitent davantage de connaissances et de données probantes sur la manière dont elles fonctionnent ou ne fonctionnent pas, ainsi que les raisons et les circonstances connexes. Des travaux supplémentaires sont nécessaires pour comprendre leur efficacité, leur durabilité et leur évolutivité.

C’est dans ce contexte que le programme Partage de connaissances et d’innovations (KIX) du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE) a récemment lancé quatre projets de recherche portant sur les enfants non scolarisés. Ces projets sont mis en œuvre par un consortium d’organisations non gouvernementales et d’institutions universitaires et de recherche. Les projets comprennent des travaux dans 15 pays partenaires du GPE répartis en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud. Ces projets se concentrent sur des interventions éducatives innovantes et prometteuses pour les enfants non scolarisés issus de communautés rurales et marginalisées, qui leur permettront d’effectuer une transition vers l’éducation officielle ou un emploi. 

Le projet « Retour à l’école » (Back2School) vise à générer des données probantes en faveur de la mise à l’échelle d’un programme d’apprentissage accéléré visant à faciliter la réintégration des filles non scolarisées dans les communautés rurales dans le système éducatif classique en Éthiopie, au Kenya et en Tanzanie. Le projet affinera le modèle Complementary Basic Education for Tanzania (COBET) en produisant des connaissances sur les approches efficaces pour l’adapter, le mettre à l’échelle et promouvoir son adoption dans les pays du projet. Le COBET est un programme d’apprentissage accéléré (PAA) dont le programme d’études est spécialement conçu pour aider les enfants non scolarisés à rattraper leur retard et à acquérir des compétences en matière de calcul, d’alphabétisation et de vie courante adaptées à leur âge, pour finalement les intégrer dans le système éducatif officiel.

Une étude comparative des modèles de PAA axés sur l’accès à l’éducation des filles examine l’efficience, l’efficacité et l’évolutivité des modèles dans les zones rurales, fragiles et difficiles à atteindre au Ghana, au Nigeria et en Sierra Leone. Elle étudiera des modèles tels que le projet Strategic Approaches to Girls Education (Approches stratégiques de l’éducation des filles), mis en oeuvre dans des districts pauvres du nord du Ghana; le projet Addressing Education in Northeast Nigeria (Aborder l’éducation dans le nord-est du Nigeria), qui propose une éducation alternative aux enfants et aux jeunes des communautés déplacées à l’intérieur de leur propre pays, afin de leur permettre de suivre des programmes condensés utilisant le programme scolaire officiel et de faciliter leur transition vers l’école officielle; et le projet Girls’ Circle (Cercle des filles), qui s’attaque aux inégalités auxquelles sont confrontées les filles par l’intermédiaire de stratégies d’autonomisation des filles, telles que des clubs de filles, des fictions radiophoniques et des émissions-débats, avec des cours d’alphabétisation, de calcul et d’aptitudes à la vie quotidienne, y compris un soutien aux petites entreprises pour des groupes de filles.

Un autre projet en Afrique de l’Ouest vise à améliorer les options permettant d’intégrer les enfants non scolarisés à l’école et d’offrir des possibilités d’éducation alternative à ceux qui ne reviendront pas. Le projet utilisera des pratiques et des innovations éprouvées dans le domaine de l’éducation non officielle, y compris des voies pour mettre en oeuvre le modèle dans six pays. 

En Asie du Sud, un projet au Bangladesh, au Bhoutan et au Népal étudiera l’efficacité et la mise à l’échelle des programmes destinés aux enfants des bidonvilles urbains, des zones rurales et reculées, et aux enfants handicapés qui ne sont pas scolarisés et risquent d’abandonner l’école.

Les désavantages auxquels sont confrontés les enfants non scolarisés sont complexes et les mesures visant à lever ces obstacles nécessiteront de s’attaquer aux inégalités liées à des facteurs tels que la pauvreté, le genre, l’origine ethnique, la langue, la situation géographique. Des politiques inclusives et des approches innovantes seront nécessaires pour qu’aucun enfant ne soit exclu du système d’éducation. Si l’on s’en remet uniquement à une approche générale de l’éducation, l’objectif mondial d’une éducation de qualité pour tous d’ici à 2030 restera à jamais inaccessible et ne sera qu’une énième promesse non tenue.