Faits saillants du troisième symposium annuel du KIX

31 octobre 2022
news image

Le Programme Partage de connaissances et d’innovations (KIX) du Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), un partenariat entre le Centre de recherches pour le développement international et le Partenariat mondial pour l’éducation (GPE), a organisé le troisième symposium annuel du KIX les 12 et 13 octobre 2022.

Le symposium a démontré comment le KIX soutient le dialogue politique fondé sur des données probantes pour la transformation du système en effectuant un examen approfondi de deux priorités en matière d’éducation qui ont émergé grâce à l’initiative : l’égalité des genres et les systèmes et l’utilisation de données. Des partenaires gouvernementaux, des décisionnaires et des chercheures et chercheurs ont fait part de leurs points de vue portant sur : (i) la manière dont ces priorités sont abordées au moyen des projets de recherche appliquée et des pôles du KIX, et (ii) la manière dont les parties prenantes de l’éducation dans les pays partenaires du GPE utilisent les données probantes et les connaissances issues des innovations et activités du KIX. L’événement a également permis de faire le point sur les progrès réalisés au cours de la troisième année du KIX et de fournir des informations sur les priorités à venir. L’événement virtuel a attiré plus de 260 personnes participantes venant de pays du monde entier.

Regardez la vidéo des moments forts (bientôt disponible en français) ou les enregistrements complets de jour 1 et de jour 2 du symposium, ou continuez à lire les faits saillants de l’événement!

Jour 1 : Table ronde sur l’égalité des genres

Leslie Casely-Hayford, directrice de Associates for Change, et Yatta Kanu, directrice générale du ministère de l’Éducation de base et de l’Enseignement secondaire supérieur de la Sierra Leone, ont expliqué comment la recherche soutenue par le KIX portant sur les programmes d’éducation accélérée aide les gouvernements à explorer des solutions innovantes et rentables afin de lutter contre le manque d’éducation des enfants.

« Nous avons pu obtenir beaucoup de données sur l’identité des élèves, les raisons pour lesquelles les élèves abandonnent l’école et la façon dont nous pouvons les ramener à l’école. Les résultats [de ce projet] ont pu nous fournir en permanence des notes d’orientation que nous avons commencé à utiliser dans notre propre travail. » – Yatta Kanu, ministère de l’Éducation de base et de l’Enseignement secondaire supérieur, Sierra Leone.

Lydia Wilbard, directrice de CAMFED Tanzanie, et Sempeho Siafu, chef du Département de l’éducation de masse et de la scolarisation ouverte et coordinateur national du Programme intégré pour les adolescentes et adolescents non scolarisés à l’Institut de l’éducation des adultes de Tanzanie, ont expliqué comment l’équipe d’un projet de recherche appliquée du KIX qui met à l’échelle un programme de soutien social et de mentorat dirigé par des jeunes travaille en collaboration avec les gouvernements et les parties prenantes locales de l’éducation pour transformer les systèmes éducatifs et améliorer l’accès à l’éducation des enfants marginalisés.

Maïmouna Sissoko-Touré, coordinatrice du Pôle Afrique 21 du KIX, et Helikanto Rakotovololona, directrice des programmes et de la recherche pédagogique au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et professionnel de Madagascar, ont fourni des exemples concrets de la manière dont les pôles du KIX aident les pays à apprendre les uns des autres en matière d’égalité des genres dans l’éducation. Mme Rakotovololona a indiqué que les occasions d’échange de connaissances offertes par le Pôle Afrique 21 aident le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et professionnel de Madagascar à élaborer des stratégies et à prendre des décisions plus rigoureuses au sujet de l’éducation des filles.

« Il a été très utile d’entendre des témoignages d’autres pays […] où les questions relatives à la scolarité peuvent être différentes. Cet échange nous aide vraiment lorsque nous prenons des décisions et élaborons des stratégies pour l’éducation à Madagascar. » – Helikanto Rakotovololona, ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et professionnel, Madagascar

Jour 2 : Table ronde portant sur les systèmes et l’utilisation de données

Terje Aksel Sanner, professeur associé à l’Institut d’informatique de l’Université d’Oslo, et Alpha Bah, chef des unités des systèmes d’information de gestion de l’éducation et des technologies de l’information et de la communication, Direction de la planification, de l’analyse des politiques et de la budgétisation au ministère de l’Éducation de base et secondaire de la Gambie, ont expliqué comment un projet soutenu par le KIX portant sur les innovations en matière d’utilisation des données aide les pays à mettre en place des systèmes de données plus solides et à tirer parti des données pour améliorer les politiques et les pratiques en matière d’éducation.

« Ce partenariat nous a permis de concevoir un modèle où la collecte et la communication de données à l’échelle de l’école sont possibles, et ce, à l’échelle régionale. Et nous renforçons [les connaissances] du personnel, des personnes responsables de la planification et des personnes-ressources régionales. Nous avons beaucoup de choses qui se passent en même temps. » – Alpha Bah, ministère de l’Éducation de base et secondaire, Gambie

Renaud Comba, gestionnaire de recherche de Data Must Speak (les données doivent parler, DMS) au Centre de recherche Innocenti de l’UNICEF, et Voahangy Rahelimanantsoa, chef du Département des études et de l’évaluation des politiques éducatives, Direction de la planification de l’éducation au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement technique et professionnel de Madagascar, ont indiqué comment la recherche soutenue par KIX qui porte sur l’utilisation des données pour faire progresser les résultats d’apprentissage est utilisée par les pays pour tirer parti des investissements adaptés dans leurs systèmes éducatifs et relever divers défis en matière d’éducation.

Marina Dreux Frotté, coordinatrice du programme de financement innovant de l’éducation à NORRAG et responsable du suivi, de l’évaluation et de l’apprentissage au Pôle Europe, Asie et Pacifique du KIX, et Moosa Adam, directeur principal des politiques au ministère de l’Éducation des Maldives, ont montré comment les pôles du KIX offrent des possibilités de développement professionnel et facilitent l’apprentissage entre les chercheures et chercheurs et les fonctionnaires, en plus de l’échange de connaissances entre les pays. Leurs remarques ont porté sur une occasion de développement professionnel menée par le centre EAP sur l’utilisation des données géospatiales pour améliorer l’équité dans l’éducation.

« Cela nous a ouvert les yeux, sur la façon dont les données géospatiales pouvaient être utilisées en termes d’allocation des ressources. » – Moosa Adam, ministère de l’Éducation, Maldives

Le symposium s’est conclu par les remarques des membres du Comité de direction du KIX : Naser Faruqui, directeur de l’éducation et des sciences au CRDI et Margarita Focas-Licht, directrice générale adjointe par intérim du GPE. Ils ont fait part de certains des progrès réalisés par le KIX au cours de l’année écoulée, qui sont mis en évidence dans le rapport annuel du KIX 2021-2022, et ont souligné les principales priorités pour l’avenir du KIX. Margarita a clôturé l’événement en rappelant que la mobilisation et l’utilisation efficaces des données probantes et des connaissances peuvent contribuer à un changement davantage important, durable et efficace, ce qui permet un meilleur retour sur les investissements dans le secteur de l’éducation en général.

Vous pouvez également trouver l’enregistrement du symposium dans la bibliothèque du KIX : Jour 1 | Jour 2

Pour même plus d'informations, consultez les questions et réponses du symposium ici.